Monarque des ombres

Au chant XI de l’Odyssée, Ulysse parvient aux Enfers, le royaume d’Hadès ; dans ce lieu sans espoir ni lumière, il convoque les morts. Il rencontre ainsi Tirésias qui lui annonce les épreuves qu’il aura à affronter, mais aussi sa fin de vie paisible et heureuse ; sa mère Anticlée ; et ses anciens compagnons de la guerre…

Trouvez-moi un responsable!

Tous les médias se sont empressés hier de relayer les propos de l’association Foodwatch qui « défend les droits des citoyens et citoyennes, consommateurs et consommatrices, à plus de transparence dans le secteur alimentaire et à l’accès à une alimentation saine », propos qui dénonçaient la présence d’ingrédients d’origine animale dans les produits transformés de l’industrie alimentaire….

« Guy » ou le petit coup de vieux…

Après avoir généreusement distribué autour de moi le conseil d’aller voir « Guy » le film tout juste sorti sur les écrans de et avec Alex Lutz – et ce sur la foi des critiques unanimement élogieuses – j’ai fini par aller le voir. Et je dois reconnaître que j’aurais peut-être dû commencer par là… « Guy » est…

L’art de rien

Les peintres de vanités utilisaient une symbolique complexe pour représenter la fuite inexorable du temps qui nous mène tous vers le néant, ainsi que la vacuité des activités et des passions humaines. Savant assemblage de crânes, de fleurs fragiles, de denrées périssables, de sabliers et de miroirs brisés pour dire le vide qui nous menace,…

Guerrière

J’ai vu il y a quelques jours « Woman at war » un film islandais signé Benedikt Erlingsson. Un film « différent » comme l’ont souligné les critiques, entre fable écologique et épopée islandaise. L’actrice principale, Halldóra Geirharðsdóttir – je préfère écrire son nom que me risquer à le prononcer – porte littéralement le film sur ses épaules qu’elle…

« Il va partir en Australie »

« Il va partir en Australie », un bout de phrase que Philippe Delerm glisse en haut d’un des chapitres de son dernier livre sur – je cite – « la perfidie des petites phrases ordinaires ». Ainsi, il serait devenu ordinaire d’avoir un fils parti en Australie. Sans doute, puisque Delerm pointe avec une justesse qui me semble…

Perchée dans la soupe quantique

Sans être grand physicien, il y a quelques concepts auxquels nous avons fini par nous accoutumer : l’univers héliocentré de Copernic, la chute des corps expérimentée par Galilée, la gravitation de Newton et les ondes de lumière de Huygens. Ceux-ci nous semblent aller d’eux-mêmes. Mais au début du XXème siècle, de nouveaux petits génies (Planck et…

Elle est où, l’éternité?

Dans le ciel infini, où le regard s’enfonce… Dans la routine du quotidien, quand les gestes inlassablement répétés tissent une continuité sans aspérité… Dans les questions sans réponse… Dans le vent qui vient toujours on ne sait d’où, et va toujours on ne sait où… Dans la répétition du même, ou du presque même, qui…

Regards croisés

Raul Hausmann et Susan Meiselas, deux photographes exposés concomitamment au Jeu de Paume. L’un, tchèque d’origine, aura vécu les épisodes les plus agités de son siècle, de la créativité débridée du dadaïsme aux prémices de la guerre d’Espagne, en passant par la montée du nazisme et l’exil. Artiste protéiforme, il pratique la poésie, la peinture,…

C’est l’hiver

C’est l’hiver et il fait froid! En dépit du changement climatique et de ses manifestations parfois surprenantes, cette assertion reste un truisme, ce que le Larousse définit comme « une vérité banale, si évidente qu’elle ne mériterait pas d’être énoncée ». Et pourtant depuis quelques jours, les radios et télévisions n’en finissent pas d’étirer cette information à…

Le bal raté de Mathilde Monnier

Mathilde Monnier donne à voir, sur la scène du TNT à Toulouse, « El baile » une relecture du Bal, qui fut d’abord une pièce muette composée par Jean-Claude Penchenat et sa compagnie, le Théâtre du Campagnol, en 1981, avant de devenir un film d’Ettore Scola. Au travers de la danse, le Bal retrace – dans sa…

Je vous ai apporté des bonbons…

Mardi soir, quelqu’un a déposé sur le capot de ma voiture, stationnée, trois bonbons et un biscuit sec, emballé dans son étui, comme ceux qu’on trouve posés sur les soucoupes, à l’ombre des tasses de café. Geste saugrenu dont je ne sais dire ni par qui, ni pourquoi il existe… Geste inutile et muet. Au…